LE MONDE DE L’ASSURANCE – Ensur passe au Tech

L’entreprise de management de projets et de consultance Ensur assiste les assureurs dans leur transformation. Y compris dans le domaine de l’insurtech. Il y a trois ans, Ensur a démarré avec cinq partenaires. Aujourd’hui, l’équipe dépasse déjà la vingtaine de personnes. Pieter Oversteyns l’a rejointe au début de cette année, et il prend en main la nouvelle activité EnsurTech.

“Pas mal de start-ups sont prêtes à partager leurs expériences et leurs idées.”

Pieter Oversteyns, EnsurTech lead

Ensur aide les assureurs à se transformer. Que doit-on entendre par là? Est-il dans ce cas toujours question d’IT?

Pieter Oversteyns: “Cinq partenaires ont créé Ensur il y a trois ans. Leur objectif était de dispenser des conseils aux assureurs belges et d’accompagner les grandes opérations de transformation de leurs activités. Dans l’évolution de ces trajets, des besoins nouveaux peuvent surgir en matière d’IT, mais pas nécessairement. La préoccupation principale porte sur le business de l’entreprise. Essentiellement, nous aidons l’entreprise à orienter ses activités et nous pilotons le programme de transformation en l’alignant sur la bonne orientation et les justes priorités. Nous nous appliquons également à rendre les procédures plus efficaces et plus fluides (‘lean’). A chaque fois, nous clarifions les exigences relatives à ce qui doit changer et nous accompagnons le processus jusqu’au résultat final. Pour ce faire, nous nous appuyons sur nos deux points forts, à savoir notre connaissance des assurances et notre expérience dans la gestion de projets. Si des besoins nouveaux en matière informatique se manifestent, nous en précisons les contours et nous confions la solution au département IT de l’assureur ou au partenaire externe avec lequel on coopère. Nous accompagnons ensuite l’opération jusqu’à la fourniture du résultat final.”

Vous avez rejoint l’équipe d’Ensur au début de cette année. Voudriez vous nous fournir des précisions sur vos antécédents?

Pieter Oversteyns: “J’ai travaillé plus de vingt ans chez Accenture, à des projets qui, tous, concernaient le secteur financier, souvent des banques, en Belgique ou à l’étranger, mais durant ces dix dernières années principalement auprès d’assureurs. Ces derniers temps, j’ai accompagné la réalisation de projets comparables à ceux auxquels Ensur se consacre, la plupart en Non-vie, mais aussi en Vie. Dans la solution à apporter aux points qui posent problème, je me suis de plus en plus concentré sur les nouvelles technologies. L’analyse des données, par exemple, où la question centrale est de savoir comment les données peuvent être mises au service de l’amélioration des résultats, par exemple via le cross- et l’up-selling, une meilleure vision de la clientèle, la détection de la fraude… Il s’agissait aussi de solutions robotiques, d’implémentation d’une technologie intelligente en vue de l’automatisation des tâches prévisibles. Dans le marché, ce type de technologies disruptives est massivement aux mains des start-ups. Et c’est pré- cisément ce que nous voulons faire à présent avec EnsurTech: utiliser les nouvelles technologies pour (aider à) développer des initiatives innovantes de ré- ponse aux besoins des clients. Il entrait dès l’origine dans les intentions d’Ensur de mettre en place, parallèlement au management de projets et à la consultance, une plate-forme qui permette au secteur d’exploiter positivement les opportunités qui se présentent. Nous croyons très fermement dans les insurtech.”

Lire l’article complet dans De verzekeringswereld

source: De Verzekeringswereld – edition mai 2017

2018-12-07T22:04:20+00:00